Le netlinking qu’est-ce que c’est ? Vous ne connaissez pas cette technique primordiale pour votre référencement ? Vous connaissez peut-être les backlinks, les liens sortants, le terme de “maillage interne” ou encore les ancres ? Tout ceci constitue les pratiques du netlinking autorisées par le navigateur Google, qui détient le monopôle sur la régularisation des usages dans le référencement naturel, appelé aussi SEO. Mais peut-être ne connaissez-vous pas les pratiques non autorisées par GG ?

1. Le netlinking ou la stratégie de liens

 quelques mots sur le netlinking

Le netlinking est une pratique surtout recommandée à la création de votre site pour lancer son référencement et dire aux robots de Google qui passeront par là pour la première fois : « Regarde, mon site est nouveau mais il est déjà populaire ». Elle est aussi très utilisée pour une stratégie multisite.

Qu’est-ce que cela veut dire « un site populaire » ? Au lycée si vous êtes populaire, c’est que beaucoup de gens vous apprécient, parlent de vous, ce qui fait que d’autres personnes vont aussi parler de vous et au final vous serez la personne la plus connue du bahut !

Pour le netlinking c’est la même chose. Votre site est apprécié, donc on parle de lui en créant des liens vers votre site. Plus il y a de personnes qui créent des liens vers votre site, plus Google sait que votre site est pertinent par rapport aux recherches des utilisateurs (appelées « requêtes ») et apprécié par ses visiteurs.

2. Pourquoi travailler sa stratégie de liens ?

Pour toute entreprise présente sur Internet, c’est un bras de fer continuel avec les algorithmes de Google pour se hisser sur la première page des SERP. Et pire encore pour y rester ! Pour augmenter la difficulté encore un peu, le Mastodonte a lancé en 2012 l’algorithme « Penguin ».

Cet algorithme de référencement a été créé pour lutter contre toutes les techniques de stratégie de liens employées en violation du code éthique fixé par Google (“Black hat”) pour indexer vos pages.

Algorithme penguin pour le netlinking

3. Le netlinking “White hat” externe : Backlinks et liens sortants

Concernant le netlinking externe, il y a en premier lieu les backlinks, une stratégie de liens off-site qui consiste à faire des liens d’un site vers le vôtre. Nous nous étendrons pas plus sur les backlinks dans cet article puisque vous avez à disposition un article expliquant en détail ce que c’est et les 5 étapes pour créer une stratégie backlinks sur notre blog.

Infos : Vous pouvez vérifier la note qu’un site a obtenu de Google, appelé le « PageRank » pour choisir les supports de vos backlinks.

Puis vous avez les liens sortants sont ceux sur vos pages qui pointent vers d’autres sites. En général, ils sont utilisés pour apporter davantage d’informations sur la signification d’un terme ou sur un sujet. Il est conseillé d’en mettre quelques-uns seulement sans surcharger la page.

Plus concrètement, sur un texte de 1 000 mots vous pouvez placer 3 ou 4 liens, dont 1 ou 2 sortants, en travaillant les ancres et le choix des sites de destinations (comme pour les backlinks). Pour exemple,  dans un article sur les hémorroïdes, vous pouvez faire un lien vers un site de naturopathe, avec pour ancre le terme « remède naturel », pointant vers la page correspondante (pas la page d’accueil !).

4. Netlinking “white hat” interne : maillage interne et ancre

Maillage interne et ancre du netlinking

5. Le netlinking “black hat”

Le « black hat » rassemble toutes les techniques de référencement non éthiques, discutables et non conformes à celles autorisées par Google, utilisées par les hackers pour « polluer » les SERP et sont pénalisées par les navigateurs.

techniques black hat du netlinking

Et bien d’autres techniques black hat (=> exemple de lien sortant)..

Le netlinking est crucial pour gagner en visibilité et vous placer devant vos concurrents sur la page des résultats de recherche, donc ne le négligez pas ! Si vous souhaitez le faire vous-même pour des raisons budgétaires, n’oubliez pas l’essentiel : optimiser son référencement oui ! Mais le suroptimiser non !

amet, in quis id nec ante.